Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Abdoul MBaye, fera-t-il bon ménage avec la classe politique et les populations ?

Posté par: Layzo Hane| Jeudi 05 avril, 2012 08:55  | Consulté 5180 fois  |  5 Réactions  |   


La nomination de Abdoul MBaye au poste de Premier Ministre du Sénégal a forcément créé un lot de frustrés et de déçus au sein de la famille politique. Car chaque formation politique ainsi que celle du Président de la République voyait bien attribuer cette fonction à un des leurs. Mais à la surprise générale la palme d’or revient à la société civile, cette entité apolitique qui a toujours su servir l’Etat sans en réclamer une quelconque reconnaissance par rapport aux politiciens friands de pouvoirs.

Ce décret va faire d’Abdoul MBaye le troisième Premier Ministre sénégalais qui ne milite dans aucun parti politique après Mame Madior Boye (3 mars 2001 au 4 novembre 2002) et Cheikh Hadjibou Soumaré (19 juin 2007 au 30 avril 2009). Il est utile de rappeler que c’est le Président Wade qui avait été le premier à opter ce principe de nommer un technocrate apolitique comme Chef du gouvernement. Pourquoi il le faisait ? Voilà une question qui mérite réflexion vu l’instinct calculateur deMaître Wade qui ne fait jamais une chose sans qu’il n’y ait pas un désir manipulateur de la conscience des populations.

En 2001 après la démission de Moustapha Niasse à la lourde tâche de Premier Ministre, Maître Wade, pour essayer de camoufler l’évènement, avait nommé Mame Madior Boye. En nommant cette dernière le Président d’alors voulait nous faire croire que la séparation avec son allié n’était pas politique mais juste animé par le souci de respecter ses engagements envers ceux qui l’ont élu. En mettant un technocrate lePrésident Wade lançait un message fort de rupture d’avec les politiques qui étaient les seuls destinés à occuper ce poste. Tout le monde avait applaudi des deux mains.

Mais c’est deux ans après qu’on avait su que cette nomination n’était que pure mascarade. Car en novembre 2002 on assista au retour des politiques à la commande par le biais d’Idrissa Seck numéro deux du parti. Comme pour dire que les technocrates n’avaient pas leur place pour ce poste, il nous avait amené un pur produit du PDS pour mettre en œuvre sa politique générale. Mais par la suite, Maître Wade ayant jugé les envies grandissantes de son mentor de vouloir le remplacer à la tête de l’Etat avait opté de se séparer de ce dernier en l’accusant de détournement de deniers publics.

C’était ainsi que Maître Wade nomma Macky Sall comme Premier Ministre du Sénégal le 21 avril 2004. Mais à la surprise générale Macky Sall fut démis de ses fonctions le 19 juin 2007 sans que l’on sachait les causes et aboutissants d’une telle décision. Car c’était sous Macky Sall que beaucoup de chantiers étaient sortis de terre sous des éloges nourris du Président Wade, qui disait de ce dernier que s’était lui seul qui avait su bien exécuter ses projets. Malheureusement on a su tardivement que le rusé Président voulait préparer le terrain à son fils Karim.

Macky Sall fut remplacé par Cheikh Hadjibou Soumaré, un technocrate issu d’aucun parti pour encore masquer le sens politique de l’éviction de l’ancien Premier Ministre. Car Maître Wade savait qu’en nommant une telle personne cela allait catalyser les jugements hostiles à sa décision nébuleuse. Mais au sortir des municipales de 2009, le Président Wade choisira comme Premier MinistreSouleymane NDéné NDiaye à la place de Cheikh Hadjibou Soumaré pour remobiliser les troupes.

Et aujourd’hui là où tout le monde attendait qu’un membre de l’APR ou de l’AFP ou duPS occupe le poste de Premier Ministre, le Président Macky Sall accorde toute sa confiance sur la personne d’Abdoul MBaye pour conduire sa politique générale. Le Président a-t-il nommé Mr MBaye pour absorber les fortes attentes du peuple ? Ou est-il en train d’acheter la confiance des citoyens pour les législatives à venir comme savait si bien le faire son père spirituel ? Ou bien sait-il que les politiciens ne savent pas mener les changements attendus par les populations ? Comment va-t-il faire face à ses alliés pour la suite de la collaboration ?

De toute façon il ne faut pas crier à la victoire si rien de concret n’est pas encore réalisé par le futur gouvernement d’Abdoul MBaye. Population du Sénégal l’heure est à la vigilance et à la patience. Car il n’est pas évident que le Premier Ministre soit à cent pour cent soutenu par les politiques qui se sont sentis évincés et blessé dans leur ego.

http://layzo.blogspot.com/

 L'auteur  Abdoulaye Hane
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (5)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Anonyme En Avril, 2012 (20:38 PM) 0 FansN°:1
Vous avez bien fait de rappeler si la cohabitation serait réussie avec ces politiciens si voraces qui ne savent que gaspiller notre argent.
Xeme En Avril, 2012 (09:52 AM)0 FansN°: 78227
Après la campagne pour faire haïr Wade (qui se poursuit encore, jusqu’après les législatives), on s’achemine vers la campagne pour faire aimer Macky. Fini le plan B de Wade. Fini le Wade sans Wade. Vive le timonier élu par le peuple, l’étoile polaire du destin national, le phare lumineux, le firmament de l’humanité.
Macky vous allez l’aimer et vous allez croire l’avoir fait exprès. « Qu’est ce que gouverner le monde si ce n’est faire croire à des imbéciles qu’ils pensent d’eux même ce que nous leur faisons penser ? » dixit Jean Anouilh. L’encerclement des cerveaux sera totale aucune pensée indépendante ne sera tolérée. Les outils pour le faire ? Les médias, bien sûr ! Je rappelle, « Donnez moi un homme et deux pouvoir et je lui ferais croire qu’un singe est son dieu. Donnez moi le pouvoir de le répéter et celui de lui interdire toute autre source d’information que moi » dixit le Révérend Moon. Le groupe Walf, qui tente d’être une autre source d’information, ne sera pas épargné. Ou Sidi entre dans les rangs, ou il sera brisé. Il faut qu’il entre dans le moule, dans la matrice. Il faut que toute la presse parle ensemble, comme toujours, pour mettre les sénégalais dans la… prison break.
Prenez dates et repères. Macky a pris le pouvoir alors que le Quotidien pataugeait dans des difficultés au point de quitter son siège pour aménager dans le domicile de Madiambal, Sud nage dans la dèche au point de se retrouver avec des antennes régionales à un seul journaliste (mais Sud est riche d’un terrain d’un milliard non transformé en argent), Youssou Ndour signait des chèques sans provisions (TFM, RFM et Obs. dans la dèche), le Populaire trainait des arriérées de salaires. Bientôt tous seront liquides. La presse n’a pas fait le travail de diabolisation de Wade pour ne pas encaisser des dividendes. Bientôt Souleymane Jules Diop dans le staff de Com. de Macky. Latif Coulibaly ne voyant aucun signe révèle que le gouvernement de Macky n’a pas respecté les Assises Nationales par la nomination de Mbaye Ndiaye à l’Intérieur. Bientôt lui aussi sera intégré et il ne révèlera plus rien.
Macky vous allez l’aimer et vous allez croire l’avoir fait exprès. Le cercle se referme sur le peuple. Les alchimistes de la presse vont vous transformer le plomb en or. Le travail de conditionnement des cerveaux a commencé. L’esprit critique sera abattu par la persuasion médiatique. Des exemples ? Quand après 2000, Wade nommait des premiers ministres hors de son parti, la bulle médiatique dans la presse a été qu’il n’y a pas de cadres au PDS (donc un parti de nullards). Quand en 2012 Macky nomme un premier ministre hors de l’APR, dans les médias, c’est la preuve qu’il veut travailler, c’est la rupture dit-on. Au Sénégal de 2012, il n’y a pas besoin même du CFEE pour être ministre pendant que les autres ministres du même gouvernement sont encensés, dans la même presse pour leurs diplômes. Ici le diplôme prouve le mérite, là l’absence de diplôme prouve le mérite sur la même page de journal. Le matraquage médiatique fera le reste. L’esprit critique sera abattu. La mémoire sera effacée. Tant et si bien que le sénégalais qui parle d’absence de diplôme est pris pour un con. C’est le nouveau type de sénégalais (NTS) qui est en vogue. Une fois qu’on est NTS, on n’a pas besoin d’un autre diplôme. La fuite des cerveaux peut se poursuivre, le Sénégal de 2012 n’a plus besoin de diplômés pour le diriger. La presse l’a dit, alors honni soit qui mal y pense.
Macky, vous allez l’aimer et vous allez croire le faire exprès.
Nb : Prochainement, inchallah, les liens entre les différents membres du gouvernement de Macky 1 avant leur nomination. Un cercle de copains est au pouvoir.
Triste En Avril, 2012 (08:19 AM) 0 FansN°:2
l'essentiel n'est pas en la personne mais en ses objectifs de travailler pour le bien du pays et de tout le monde et non pour une frange de la population.
Réveillez-vous chers compatriotes débarrassez-vous de vos vélléités malsaines et peu orthodoxes et mettezl'intéret du pays en avant.
salam!
Anonyme En Avril, 2012 (13:09 PM)0 FansN°: 76789
bien répondu, les sénégalais ne savent vraiment pas ce qu'ils veulent,ils savent que bla...bla...ter. Laissons le temps bon sang, pourquoi avez-voté pour lui.

Ajouter un commentaire

 
 
Abdoulaye Hane
Blog crée le 08/12/2011 Visité 862843 fois 140 Articles 6383 Commentaires 71 Abonnés

Posts recents
Le mirage « Wade » pour nous tromper.
Comment Préserver son mariage ?
Pourquoi fait-on des enfants?
Youssou Ndour «griotise» le discours politique.
Le référendum de la honte.
Commentaires recents
Les plus populaires
Pourquoi les femmes sénégalaises trentenaires ne peuvent plus trouver un mari ?
Troisième mandat de Wade ou insulte à notre Constitution.
Pourquoi se marier ?
L’affaire « Cheikh Yérim Seck » pointe du doigt la prolifération du libertinage sexuel.
Belles-mères destructrices de mariages.