Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Faites attention à Orange Money : ça sent l’arnaque.

Posté par: Layzo Hane| Dimanche 11 novembre, 2012 17:20  | Consulté 4490 fois  |  2 Réactions  |   


En voulant payer son abonnement Excaf sans se déplacer, un client de Orange Money voit sa facture augmentée sans même eu à la solder. Car il avait cru qu’il pouvait honorer sa facture grace à la technologie pour simplement 500 Fcfa de frais. Mais il ne savait pas que les spots publicitaires cachent toujours des astuces pour nous soutirer encore et encore des sous.

Ayant constaté que le délai de paiement de son abonnement Excaf vient à son terme, il décide le mercredi 31 octobre 2012 d’utiliser son compte Orange Money pour en disposer. Comme il avait oublié son code secret il s’est rendu à la Sonatel République pour qu’on lui en donne un nouveau. Une fois le nouveau code obtenu, il va au guichet pour un dépôt de 16 000 Fcfa pour pouvoir payer ses 2 mois d’abonnement. Ainsi il retourne auprès de la charmante femme de la dite structure. Cette dernière commence à manipuler les touches du portable du client en suivant les procédures mises en place par la Sonatel pour le paiement de factures Excaf.  Mais il s’est trouvé que le système a rejeté l’opération en donnant comme explication sous forme de message « le délai de votre facture est expirée ». Donc il est impossible de payer une facture inexistante.

C’est ainsi que la demoiselle fait appel à un des techniciens du réseau pour corriger l’erreur survenue car parait-il ça leur arrive tout le temps. Comme le client avait beaucoup de travail à son bureau, il décida d’y retourner après avoir laissé ses coordonnées à l’agent. Cette dernière lui avait promis de lui transmettre un message une fois le système rétabli. Après trois heures au bureau, le fameux client reçoit un message de la Sonatel lui disant qu’il peut payer sa facture du moment que la situation est restituée. Celui-ci automatiquement recommence les procédures pour pouvoir honorer sa facture, malheureusement le système rejette encore la transaction. Après plusieurs tentatives, durant tout le restant du week-end le client décide de transférer l’argent à sa sœur le lundi pour qu’elle puisse retirer le tout et aller au siège d’Excaf pour passer à la caisse.

Un autre problème arrive car la sœur ne connait plus son code secret donc pas possible de faire une quelconque opération. C’est alors que notre client donne rendez-vous à sa sœur de le rejoindre le mardi au centre-ville pour qu’elle aille à l’agence Sonatel de la République afin d’avoir un nouveau code ensuite faire le retrait des 15 000 Fcfa. A sa grande surprise il reçoit un appel de sa sœur qui lui dise qu’il a retiré l’argent mais pas la totalité car on lui a soutiré 1 200 Fcfa de frais de retrait. Le client se sentant lésé ma fait part de son cas parce qu’il ne veut plus de victimes de ces services de transferts qui pullulent au nez et à la barbe des autorités compétentes.

D’abord on ne sait pas dans quel secteur évolue le service Orange Money. Il propose des services pareils aux systèmes bancaires d’une part avec la possibilité de faire des dépôts et de payer des factures. D’autre part il permet d’effectuer des transferts d’argent. Donc on est face à un service qui présente un système hybride où le client est perdu. Mais il se trouve que dans les deux systèmes on n’a jamais vu payer une redevance pour retirer de l’argent. On peut comprendre comme le présente le système des transferts que le client qui effectue l’opération se voit imputer un montant préétabli. Mais on ne peut pas comprendre qu’on est de l’argent dans son compte et pour en disposer on vous impute des frais sans justification. Imaginez un client qui a dans son compte un montant de 100 000 Fcfa, s’il décide de faire 6 retraits de 15 000 Fcfa ; il devra s’acquitter de 7 200 Fcfa de frais de retraits, vous vous rendez compte de l’arnaque.

Même avec un compte bancaire d’un particulier on paye moins pour l’ensemble du mois et là on peut faire des milliers de retrait sans pour autant être lésé. On ne voit pas là où il y a l’intérêt à perdre de l’argent à chaque fois qu’on a besoin de ses sous pour satisfaire ses besoins.

Je vois dans Orange Money un service qui se serve de la naïveté et de la paresse de certains sénégalais pour s’enrichir sans avoir à être inquiété par qui que ce soit. Où sont les autorités du commerce équitable, les associations de consommateurs et les services de régulations ? Car laisser de tels forfaits derrières le dos d’honnêtes citoyens c’est être complice ou acteur de la ruine de ces derniers.

Je vous exhorte chers compatriotes de faire très attention aux différents publicités mensongères qui vous incitent à adopter un tel produits qui après utilisation vous laisse le cœur meurtri et sans défense.

 L'auteur  Abdoulaye Hane
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (2)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Daouda sow En Novembre, 2012 (09:33 AM) 0 FansN°:1
Je pense que t'a pas de problème avec orange mais avec l'agent ou ta soeur a retiré l'argent par ce que orange money est comme les cartes de credit on achéte ont revend c'est que je n'avais pas compris. Ce qu'il fallais faire c'est d'appelé 1441 et leur signalé le problème
Daouda sow En Novembre, 2012 (09:33 AM) 0 FansN°:2
ok

Ajouter un commentaire

 
 
Abdoulaye Hane
Blog crée le 08/12/2011 Visité 897960 fois 141 Articles 8093 Commentaires 71 Abonnés

Posts recents
Comment préserver sa vie de couple.
Le mirage « Wade » pour nous tromper.
Comment Préserver son mariage ?
Pourquoi fait-on des enfants?
Youssou Ndour «griotise» le discours politique.
Commentaires recents
Les plus populaires
Pourquoi les femmes sénégalaises trentenaires ne peuvent plus trouver un mari ?
Troisième mandat de Wade ou insulte à notre Constitution.
Pourquoi se marier ?
Comment un homme regrette-t-il d’avoir épousé sa femme ?
L’affaire « Cheikh Yérim Seck » pointe du doigt la prolifération du libertinage sexuel.