Loi sur le parrainage : Le bureau de l’assemblée nationale se réunit la semaine prochaine (President)

  • Source: : Seneweb.com | Le 04 avril, 2018 à 09:04:31 | Lu 2011 fois | 6 Commentaires
content_image

Loi sur le parrainage : Le bureau de l’assemblée nationale se réunit la semaine prochaine (President)

Le bureau de l’Assemblée nationale se réunira à partir de la semaine prochaine pour permettre à la conférence des présidents de programmer le traitement du projet de loi sur le système de parrainage aux élections a indiqué, mardi, le président de l‘Assemblée nationale, Moustapha Niasse.

 S’exprimant au terme du message à la nation du chef de l’Etat, Moustapha Niasse a confirmé que "les deux projets de lois réformant la constitution et le code électoral sont arrivés sur le bureau du président de l’Assemblée nationale".
 
M. Niasse a laissé entendre que "comme le prévoit le règlement intérieur de l’Assemblée nationale, les textes ont été distribués à tous les députés sans exception". 
 
"La constitution du Sénégal prévoit un délai de lecture de 10 jours d’une loi qui arrive sous forme de projet à l’Assemblée nationale, et que le président de la République n’en a pas demandé le traitement par la voie de l’urgence", a-t-il soutenu.
 
Moustapha Niasse a fait remarquer que "ce délai expire le 7 avril et après cette date le bureau de l’Assemblée sera convoqué et immédiatement la conférence des présidents devra programmer le traitement selon les étapes de la procédure prévue par la loi organique qui détermine le fonctionnement de l’Assemblée nationale".
 
Selon le président de l’Assemblée nationale, "au terme de cette procédure, ils (projets de loi) seront présentés avec un rapport en présence du gouvernement et une discussion démocratique sera ouverte et le projet de loi sera voté si la majorité des députés estiment qu’ils doivent voter pour son adoption".
 
"Pendant de longs mois est entrée en gestation une série d’idées destinées à faciliter le déroulement de tout scrutin au Sénégal plus précisément en ce qui concerne la prochaine présidentielle, les leçons ont été tirées des 47 listes de candidats et coalitions de partis pour les législatives de 2017", a-t-il dit.
 
Et Moustapha Niasse d’expliquer que "pour réduire le nombre de candidatures sans crédibilité, sans fondement, ni idéologie, ni morale, il a été estimé comme cela se fait ailleurs, un système de parrainage qui n’est pas nouveau puis qu’il existait pour les candidatures indépendantes".
 
Pour le président de l’Assemblée nationale, "le code électoral actuel a prévu un système de parrainage qui est entré en vigueur et est appliqué. Du parrainage à partir des élus exigés à un certain niveau au plan numérique pour qu’un candidat indépendant puisse faire valider sa candidature au niveau du conseil constitutionnel".
 
"Il est proposé que le Sénégal passe au parrainage citoyens qui est plus simple et plus démocratique que le premier. Pour éviter les candidatures fantaisistes. Il existe dans le monde moderne depuis 1962", a-t-il dit, soulignant que cette réforme "constitue un progrès pour consolider la démocratie sénégalaise".
 


Auteur: Aps - Seneweb.com






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (5)


Xeme il y a 3 semaines (12:33 PM) 0 FansN°: 1
Seulement deux ans pour que Macky Sall, lui même, veuille retoucher à son "intangibilité des dispositions relatives au mode d’élection".

Tant qu'il restera celui qui cache ses desseins pour présenter au peuple, pour la consommation de ses fanatisés avec le soutien de la presse des 100, des duperies, ses contradictions s'afficheront toujours.

Aujourd'hui, quand Macky parle de "rupture", il fait rire. De même il ferait rire s'il parle de "bonne gouvernance", de "patrie avant le parti", de "gestion sobre et vertueuse". Maintenant il va faire rire quand il parlera de verrouillage de la constitution pour empêcher son tripatouillage.

Pour comprendre ce légionnaire il faut toujours entendre l'exact contraire de ce qu'il déclare. C'est dommage qu'il y ait des sénégalais qui n'ont pas compris cette vérité. Et c'est parce que des sénégalais ne l'ont pas compris qu'à la veille du référendum de 2016 Macky Sall a pu faire le tour du Sénégal pour duper tous les guides religieux. Il les a tous trompé en présentant 15 points qui ne seront jamais voté, pour faire voter ce qui n'a jamais été présenté. Il ne sert à rien de se voiler la face, il faut prendre Macky Sall pour ce qu'il est: un homme qui a tourné le dos à la vérité, même quand il jure sur le Coran ce serait faux.
Reply_author il y a 3 semaines (13:50 PM) 0 FansN°: 1
la "meilleure" politique de macky sall est le tripatouillage des lois en sa faveur !

republique bananiere !

et bien sûr, l'assemblée nationale avec sa multitude d'incompétents qui ne sont présents que quand ils sont obligés mais pas vraiment au fait de l'ordre du jour

* bavarder
* dormir
* s'engueuler
* se refaire le maquillage ....
enfin tout ce qui anime nos député-e-s !
Anonyme il y a 3 semaines (13:45 PM) 0 FansN°: 2
Venez on discute, mais retenez qu'à l'issue je ne retiens que ce que ben no a proposé; circulez et taisez vous, rien à dire. Kou fi lappi lappi maane mackya ma dhore

 :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot: 
Anonyme il y a 3 semaines (15:56 PM) 0 FansN°: 3


La vigilance de nos juristes a donc permis de débusquer le passager clandestin de l’article 57 du Code électoral. Un mot (« électeur ») dont l’ajout est censé ouvrir, tel le sésame d’un sorcier, les portes d’une « réélection au premier tour » et escamoter les candidats éligibles de l’opposition, notamment Karim Wade et Khalifa Sall.

Tout, d’ailleurs, relève de la sorcellerie dans cette affaire de révision constitutionnelle et électorale. Le comble de l’irrationalité n’est-il pas de croire qu’en faisant modifier la loi par des députés illégitimes, on pourrait changer le cœur des Sénégalais et leur volonté de se débarrasser au plus vite du pouvoir marron ?

Après la fraude organisationnelle perpétrée par le sabotage des opérations électorales aux législatives de l’année dernière, les gourous du palais de la République placent la prochaine présidentielle sous les auspices de la fraude textuelle. Inutile de saigner les boucs blancs, les poulets rouges ou les taureaux noirs ; il suffira d’égorger quelques articles de la Constitution et du Code électoral.

N’en rions pas trop cependant car en sacrifiant la Constitution, c’est notre démocratie qu’on assassine. Ce sont neuf arbitres, très peu « sages », que l’on investit du pouvoir de décerner un carton rouge général à l’une des équipes, dès la première minute du match.

Ce n’est certainement pas hasard si le texte de notre Constitution démarre ainsi : « le peuple sénégalais souverain ». En République, le peuple est roi. Surtout au moment où sa souveraineté doit s’exprimer à travers l’élection de ses représentants. Quand les règles de cette élection cessent d’être neutres et consensuelles, l’anomie s’installe. Et la démocratie agonise.

Dès lors, privé de son droit de choisir librement ses représentants, il reviendra au peuple d’exercer directement sa souveraineté. Par quels moyens ? Une question aussi vieille que la démocratie elle-même. Les Déclarations de droits de l’homme, qui sont partie intégrante de notre Constitution, y répondent clairement : « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».

Aux actes, citoyens !
Latdior2012 il y a 3 semaines (17:05 PM) 0 FansN°: 4
Le concept de candidature fantaisiste est farfelu! Comment détermine-t-on qu'une candidature est fantaisiste? Le niveau de popularité dans les sondages? Cela ne saurait être; les sondages pré-électoraux ne peuvent remplacer les élections. Dans certains pays, la viabilité d'une candidature est jugée à l'aune du montant dans votre compte en banque. Devrait-on appliquer cette méthode au Sénégal. Je pense que non. Certains électeurs et candidats ne possèdent pas de compte en banque et cet état de non-client bancaires n'a rien à voir avec la capacité à servir son pays. En 2011-212, Youssou Ndour, Idrissa Seck, Ibrahima Fall, Diouma Diakhaté, Penda Mbow, sans oublier bien d'autres, étaient-il des candidats "fantaisistes"? Même s'ils l'avaient été, cela n'a pas empêché la volonté populaire de s'exprimer valablement. Appelons un chat, un chat. Cette campagne contre les candidatures dites fantaisistes est une manoeuvre pour écarter le plus grand nombre de candidats jugés faibles bien avant le début de la campagne. Au profit de qui? Certainement pas de la Démocratie sénégalaise. Est-ce un autre example de dictature à la pédale douce? Réviellez-vous!!!  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal: 
Latdior2012 - 2 il y a 3 semaines (17:07 PM) 0 FansN°: 5
Il fallait lire: Réveillez-vous!!!  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal: 

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com